Chronique n°18: L’attaque

Ce matin, vers 7h, les Allemands ont attaqué Verdun. La nouvelle se répandit dans Bar-le-Duc dans le courant de l’après-midi. Ils ont attaqué comme le Lieutenant-colonel Driant l’avait prévu : essentiellement au Bois des Caures. Les préparatifs détectés par les reconnaissances aériennes et les infiltrations de nos voltigeurs n’étaient pas un leurre. Ils avaient réellement choisi Verdun, ville symbole s’il en ait. Naturellement, leur offensive ne s’arrêtera pas aux abords de la cité historique. Leur but est de s’en emparer et ils mettront le prix. C’est la ténacité de nos Poilus qui vaincra les ambitions démesurées de Germania.

Même si la détermination domine partout, la situation reste particulièrement dangereuse. L’ennemi a rassemblé une puissante artillerie autour de Verdun et, en particulier, sur la rive droite. D’après nos renseignements on parle d’un millier de pièces de tous calibres. Le nombre d’obus pouvant s’abattre sur nos positions se chiffre en millions. Malheur à ceux qui essuieront les premiers tirs ! Je crains pour les Chasseurs de Driant. Les 56° et 59° Bataillons vont, vraisemblablement, subir un déluge de feu. Certes, ils écriront une page de gloire mais à quel prix ! leur chef, le Lieutenant-colonel Driant, que va-t-il devenir ?

Si la ruée allemande se fait simultanément des deux côtés de la Meuse, la situation sera dramatique car il faudra activer tous les pôles de résistance et, par le fait même, engager toutes nos troupes, y compris peut-être, nos réserves. Le Général de Castelnau, le patron du secteur, prendra les mesures qui conviennent ; faisons-lui confiance ; l’affolement  n’est pas dans sa nature, on l’a vu au début de la guerre, au Grand Couronné à Nancy. Il a un courage et une foi inébranlables ; rien ne le détournera de son devoir. Pourtant, le malheur s’est abattu sur lui à trois reprises : en août 1914, il perd un premier fils, Xavier, à Morhange, en septembre, c’est au tour du second, Gérald, sur la Marne et en octobre de l’année dernière, disparaît son troisième enfant en Artois.

Ici, à Bar-le-Duc, l’Etat-Major reçoit l’ordre d’acheminer des renforts le plus vite possible sur Verdun. Les prévisions stratégiques sur le rôle de la route allant à Verdun s’avèrent extrêmement justes. Déjà des unités territoriales vont se mettre en place pour son entretien. Le Capitaine Doumenc est, paraît-il, pressenti pour gérer la circulation et le trafic sur cet axe important. Mais au-delà de toutes ces mesures militaires, la population barisienne s’émeut à la pensée des Verdunois qui subiront, immanquablement, des bombardements intensifs. Beaucoup d’hôpitaux se sont installés dans la ville même ; ils ne seront pas épargnés ; la chose est certaine. C’est pour cette raison que ceux de notre secteur s’activent et s’attendent à recevoir un afflux de blessés.

Le général Herr est depuis août 1915 à la tête de la région fortifiée de Verdun. Dès sa nomination dans cette haute fonction, il n’a eu de cesse de réclamer des renforts en hommes, en artillerie et en moyens défensifs. Lui, aussi, est tenace. C’est un artilleur de grande réputation qui s’est déjà illustré en Meuse, à la Vaux-Marie, en septembre 1914. Son allure, sa barbe courte, ses yeux creusés, son front haut, tout indique l’homme de caractère. Les Teutons ne l’impressionnent pas ! Son nom dévoile une origine alsacienne, de Neuf-Brisach dans le Haut-Rhin. Il est bon que cela soit un Herr de France qui batte les envahisseurs d’Allemagne!

Cette journée est une bien triste journée. La Meuse est encore une fois martyrisée. Combien de temps va durer cette bataille ? Même si l’on croit fermement à la résistance française, combien de Poilus seront encore sacrifiés pour garder notre territoire ? Je ne peux m’empêcher de penser au Lieutenant-colonel Driant et à ses braves chasseurs. Le Commandant X qui lui porte une admiration sans borne et depuis toujours est pessimiste : le choc sera aussi terrible que le bilan.  Qu’ils tiennent bon nos soldats et vive la France !

Nicolas BLANDIN, le 23 Février 1916

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s